Points de vie, d'ardeur dispersés aux quatre coins de la carte immobile – comme à la bataille navale les points lumineux indiquant les navires encore valides, les frégates encore capables d'allumer quelques missiles. Clignotants dont la fréquence s'adaptera aux battements des amoureux, accélérant avec l'emballement de leurs myocardes, ralentissant après qu'ils se sont séparés ou que leur désir est un peu retombé.

Principe généralisable au monde entier, qui s'en trouvera violemment poétisé. Partout nous entourant, nous enveloppant, une multitude de points lumineux nous rappelleront à la vraie destination de la vie ici-bas. Nous les verront s’allumer par essaims entiers à certaines heures, s’éteindre à d’autres, rester parfois des jours sans donner signe de vie.

Peut-être enfin alors, une bonne révolution paraîtra nécessaire même aux plus conservateurs d'entre les vivants. Ils verront le bonheur que leur fait la vision de la carte illuminée de toutes parts. Envieront la jeunesse de pays où le désir foisonne, où les clignotants s’embrasent à toute heure. Sentiront la tristesse des jours ouvrés et des semaines où les clignotants ne sont que du dimanche.